Azzedine Lakhouaja – La Thalasso de toutes les Mers

La profession de foi d’Azzedine Lakhouaja a le mérite de cerner la personnalité de cet homme qui offre une cure de jouvence à la thalassothérapie. Né à Marrakech (Maroc) il y a 41 ans, c’est avec sa femme, Raoudha, tunisienne, qu’il a commencé ses activités dans les hôtels de Djerba. Tous deux sont passionnés par la remise en forme. Ils créent en 1996, un premier centre de thalassothérapie « Yasmine Dar Djerba ». Ils sont convaincus du bienfait et des qualités de l’eau de mer, de la nécessité de concevoir un « tourisme de nouvelle vague ». Rapidement, une dizaine de centres de remise en forme sont construits dans les hôtels de l’île.

Pourtant, Il y a deux ans seulement, les docteurs Lakhouaja étaient encore inconnus. Pire, leurs projets n’étaient pas pris au sérieux. Niais leur détermination a eu raison des plus sceptiques. Et aujourd’hui, 6 centres, véritables « Palais de la thalasso », de 4000 m2 au minimum, et 20 centres « Beauty Farms » (avec piscine couverte, sauna, hammam, et salle de fitness) proposent à la carte, des cures de thalassothérapie ou de balnéothérapie, des soins de beau­té du corps et du visage.

L’objectif est clair. Azzedine Lakhouaja et son épouse veulent faire de la Tunisie , le 2eme pays de la Thalasso. Leur ambition est d’ouvrir un nouveau « Vital Center International » tous les 2 mois. D’ici à 2001, des centres vont naître à Malte, en Turquie, au Maroc, au Sénégal, aux Canaries, en Egypte et en Arabie Saoudite. La volonté est de ‘devenir la Thalasso de toutes les mers.

Déjà, « Vital Center International » est devenu le ler opérateur mondial de thalassothérapie. Un succès rapide dû aux concepts novateurs proposés, et à la recherche permanente de la qualité des prestations. Des médecins compétents et motivés encadrent un personnel qualifié, formé par une école intégrée.

En exclusivité, ils proposent par la sophrologie marine de revivre ses cinq sens », grâce aux techniques de relaxation, de découvertes sensorielles et de revitalisation. Mais c’est l’Ecole  » Marine du Dos » qui est pour Azzedine Lakhouaja le développement le plus important de cette année.

Elle comble son amour du golf. Et permet d’appliquer aux golfeurs une thérapeutique de médecine douce et de prévenir, et guérir, leur mal de dos. Trop de golfeurs, hélas, s’arrêtent à l’âge auquel ils devraient se consacrer entièrement à leur sport. Le but des Centres Vital International est de leur faciliter la poursuite de leur passion.

Azzedine Lakhouaja

Par défaut